"Il y eut un long silence. Les yeux de don Juan 
brillaient intensément. Leur regard, posé sur moi, 
semblait surgir d'une grande profondeur. J'avais 
l'impression que chacun de ces yeux était un point 
de brillance indépendant. Il sembla, un instant se 
battre contre une force invisible, un feu intérieur 
qui s'apprêtait à le consumer. Cela passa et il reprit 
la parole. <<Le degré de conscience de chaque être 
sensible individuel, poursuivit-il, dépend de la mesure 
dans laquelle il est capable de laisser les émanations 
en liberté le porter.>>"




Extrait du livre de Carlos Castaneda "Le feu du dedans" 1984













Avant ça, il est écrit:   "<<Les voyants, ajouta-t-il,
soutiennent, naturellement, que la conscience nous 
vient de l'extérieur de nous-mêmes, que le mystère 
n'est pas en nous. Comme les émanations en liberté
sont par nature déstinées à fixer ce qui se trouve à
l'intérieur du cocon, le truc propre à la conscience 
consiste à permettre aux émanations dont le rôle 
est de fixer de se fondre avec ce qui se trouve en 
nous. Les voyants croient que si nous permettons 
un tel avènement nous devenons ce que nous sommes 
véritablement - fluides, à jamais en mouvement, 
éternels.>>"




A lire absolument aussi: "Histoires de pouvoir" et "Le don de l'aigle"
et  tous les autres...